Les Perles
GEMMOLOGIE

Les Perles

Une perle est formée lorsqu’un élément étranger pénètre à l’intérieur d’un mollusque. L’animal, pour se défendre, sécrète plusieurs couches de nacre pour piéger l’intrus. Ce phénomène est commun à chacune des perles. Ce qui permet de différencier une perle fine et une perle de culture est l’intervention de l’Homme.

La perle fine est créée, indépendamment de l’humain.

Autrefois, la récolte des perles s’effectuait par les Aborigènes qui plongeaient en apnée. À l’arrivée des Colons dans la ville de Broome dans la région de Kimberley en Australie, les Maîtres Perliers embarquaient ces plongeurs expérimentés sur leurs navires, afin qu'ils remontent à bord le coquillage qui abritait la précieuse nacre.

À cette époque en Europe, la mode était aux boutons nacrés.
 Les joailliers commencèrent à employer les rares perles contenues dans les coquillages pour leurs créations. Face au succès de la perle australienne, les femmes et hommes Aborigènes qui plongeaient, ne suffisaient bientôt plus.

Les Maîtres Perliers firent intervenir des Malais, des Javanais, des Chinois et des Japonais pour augmenter la récolte. C’est ainsi que la petite ville de Broome devînt la capitale mondiale de la nacre en fournissant 80 % de la production. Mais face à la demande, la formation naturellement indépendante des perles ne suffisait plus. C'est la naissance de la perle de culture...
©The Pearl Road, de Christophe Loviny.


La perle de culture, comme l'indique son nom, est aidée par l’Homme.

En effet l’être humain va insérer ce que l’on nomme un nucléus, qui va jouer le rôle du parasite au sein du coquillage. Aujourd’hui, le nucléus est bien souvent une petite bille de nacre.
 Un greffon est également introduit et va permettre la formation du sac perlier, qui accueillera les futures perles.

Une fois l’intervention acceptée par le mollusque, 18 mois seront nécessaires pour l’obtention d’environ 0,8 millimètres d’épaisseur de nacre. Mais seulement 2% des huîtres élevées fourniront des perles de bonne qualité.
 Cette technique fut découverte en 1893 au Japon par les chercheurs Mise et Nishikawa et fut commercialisée par l’entrepreneur Mikimoto Kokichi à partir de 1920.
 Il existe 4 variétés de perles de culture. Leurs différences proviennent essentiellement de la variété de l’huître utilisée.

©National Geographic, "Pintada Maxima", photo de Maria Suleiman et Scott Tuason.


Les perles dites des Mers du Sud

Elles comprennent les perles d’Indonésie et les perles d’Australie.

 Les perles d’Indonésie ont un éventail de couleur allant du blanc ; dont les reflets peuvent être argentés, crèmes ou verts ; au champagne, en passant par la plus connue mais aussi la plus onéreuse du marché, la perle Gold, de couleur doré intense.

Les perles d’Australie, quant à elles, sont réputées pour avoir le blanc le plus pur. Le dessin parfaitement rond d’une perle est le plus attendu. Mais il existe également un relief, appelé Baroque. Charismatique, cette forme moins connue est rare.

Ces perles de Mers du Sud ont la particularité d’avoir un diamètre conséquent : entre 9 et 20 millimètres. Cela est dû au mollusque à lèvres blanches ou dorées "Pinctada Maxima" qui est le spécimen d’huître perlier, le plus grand au monde. Sa taille peut atteindre jusqu’à 40 centimètres de diamètre.
Création Inédit, Bague n°5 Toi & Moi, centre perle d'Indonésie blanche et gold.



Les perles de Tahiti

Cultivées depuis les années 1980 en Polynésie française dans les archipels de Tuamotu et Gambiers, les perles de Tahiti ont exclusivement des teintes foncées. Passant du noir au gris argenté, gris bleuté, vert, aubergine et couleur « plume de paon ».

Ces perles ont aussi de multiples formes. Ronde, semi-ronde, goutte, poire, baroque et cerclée.
 Les diamètres de ces perles, issues de l’huitre à lèvres noires "Pinctada Margaritiferase", se situent généralement entre 8 et 14 millimètres. Parfois 16 millimètres. Le record exceptionnel, une perle ayant atteint 21 millimètres !
Création Inédit, Boucles d'oreilles sertis de perles de Tahiti en forme de goutte.



Les perles d’Akoya

Détiennent leur nom du coquillage qui les accueille. C’est la première variété d’huître de culture qui fut utilisée au sein des fermes perlières.
 Ce sont de petites perles blanche-rosée dont le diamètre s’établit entre 3 et 9 millimètres. Elles sont élevées principalement dans les régions côtières du Japon et de la Chine.

Chez Inédit Joaillier, nous avons l'habitude de travailler uniquement les variétés de perles énoncées ci-dessus. Les perles des Mers du Sud (Indonésie, Australie, Tahiti) et les perles du Japon (Akoya) donc.
 Cependant afin que notre article soit bien complet, sachez qu'il existe encore d'autres types de perles.

Dans la catégorie des perles fines, les perles de Conche (ou Conque) et les perles de Melo sont très recherchées.

À proprement dit, ces deux variétés ne sont pas totalement similaires aux perles nacrées.

Effectivement, les perles de Conche et de Melo ne contiennent pas de nacre. Elles se mesurent en carats et non en diamètre. Mais elles sont toutes deux formées par la réaction de défense de l’animal. La couleur la plus recherchée des perles de Conche est le rose orangé. On peut également trouver des nuances de jaunes, bruns, dorés.

La perle de Melo, elle, contient des couleurs orangées, l’orange vif est la plus affectionnée. L’effet irisé appelé "flammes" est très apprécié pour ces deux variétés.
 Ces perles classiques avec une touche d’extravagance sont trouvées dans les eaux tropicales des Caraïbes (Conche) ou les Mers du Sud de la Chine (Melo). Elle sont extrêmement rares. On estime leur taux de découverte à 1 sur 10 000, contrairement aux perles fines traditionnelles : 1 sur 10.

Les perles de culture d’eau douce

Elles sont cultivées dans les lacs et les étangs d'eau douce de Chine majoritairement.
 Environ 10 variétés de mollusques sont présentes dans ces fermes perlières, ce qui explique la diversité de ses formes (« grain de riz », bouton, rond, baroque etc) et une quasi infinité de couleurs.

Les perles de Majorque

Bien que cette appellation fasse voyager, les perles de Majorque, héritent de ce nom en référence à leur lieu de fabrication.

En effet, ce sont les premières perles d’imitation qui furent créées. Elles sont fabriquées à partir de poudre de coquillage ou d’écailles de poissons. Mélangé à des pigments de polyrésine, puis pressé en forme de perle, leur ressemblance avec de vrais perles est parfois troublante.


C’est pourquoi, il est important de prêter attention aux 5 critères de qualité qui définissent les perles de culture : La brillance, la surface (présence de défauts), la couleur (répartition homogène de la couleur dans la masse et couleur d’interférence : nommée « Orient »), la forme (ronde, semi-ronde, baroque) et enfin le diamètre.


La perle est naturellement résistante aux chocs, toutefois, sensible aux rayures, il est important de l'entretenir. Lorsque vous ne portez pas votre bijou doté de perles, nous vous conseillons de le ranger soigneusement à part. En effet si les perles entrent en contact avec des bijoux sertis de diamants ou autres pierres, ceux-ci vont les rayer.
 Les perles ont besoin d’humidité, n’hésitez pas à placer votre écrin dans votre salle de bain.
 Il est important également de ne pas mettre de parfum sur vos perles. L’alcool présent dans les parfums, laques... agresse vos perles et impacte leur brillance.

Les perles représentent les naissances du mois de juin ainsi que le 30ème anniversaire de mariage. Tantôt rondes, baroques, blanches, rosées, noires ou dorées, les perles sont diverses et variées, et correspondent à tous les âges !